COVID-19 |  Nos bureaux sont ouverts au public sur rendez-vous seulement. 

Comment bien trier?

www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/points-de-recuperation


3RV-E (zéro déchet)
Somme toute, le principe des 3RV est un fil conducteur qui nous incite à réfléchir sur notre façon de gérer les matières résiduelles afin qu'il y ait moins de déchets à enfouir, moins de pollution et afin que nous conservions mieux nos ressources naturelles. En appliquant avec vigueur le principe des 3RV, nos ordures subiront sans aucun doute un important régime minceur. La planète ne s'en portera que mieux, et peut-être prendrons-nous goût à la simplicité volontaire.

Réduction à la source
Porter attention à notre façon de consommer est le premier pas à faire pour diminuer la quantité de déchets que nous produisons; il est possible et facile de réduire à la source. Imaginez la quantité de matières que l'on pourrait éviter de produire, de transporter et d'enfouir, simplement en choisissant des biens durables.

Par exemple, si tous les Québécois utilisaient des sacs en tissu pour faire leurs emplettes, nous éviterions la production de cinq millions de sacs de plastique chaque jour, lesquels prennent jusqu'à 400 ans pour se dégrader et polluent notre environnement. 

Posez-vous la question avant d'acheter si c'est un bien nécessaire. Ne serait-il pas préférable de louer ou encore en emprunter à des amis? Si non, privilégier des produits de qualité, durable et le plus écoresponsable (commerce local/équitable, produit recyclé). Les contenants à usage unique, les ustensiles jetables, les piles non rechargeables sont d'autres produits à éviter si l'on souhaite réduire sa production de déchets. Par ailleurs, puisqu'une grande partie de nos déchets provient des emballages, il est préférable d'éviter les produits suremballés et d'acheter en vrac lorsque c'est possible; nous utiliserons moins d'emballages de papier, de carton ou de plastiqueRappelons-nous : le déchet qui n'est jamais produit sera toujours le déchet le moins polluant.

Réutilisation
Un autre moyen de diminuer la quantité de déchets produits est de réutiliser au maximum. Certains de nos « déchets » peuvent trouver une seconde vie, soit en leur découvrant une nouvelle fonction, soit en leur trouvant de nouveaux utilisateurs. Le chandail que Tante Paulette vous a donné à Noël ne vous plaît plus? Il plaira sûrement à d'autres personnes! Vous pouvez le proposer à votre entourage ou l'apporter aux organismes présents en Haute‐Côte‐Nord (le Nordest à Forestville, le Centre de Dépannage des Nord‐Côtiers aux Escoumins et l'Alliance des Femmes à Sacré‐Cœur). Vous avez terminé une bouteille de vin? Elle pourrait peut‐être devenir un joli vase à fleurs! Vos tissus sont trop vieux? Utilisez-les comme guenilles ou courtepointe! La réutilisation ne dépend que de votre imagination, aidée par la présence d'organismes œuvrant dans ce domaine.

Recyclage
Après avoir tenté de réduire, puis de réutiliser nos matières résiduelles, il est temps de penser au recyclage. Aujourd'hui, une multitude de produits textiles, d'emballages alimentaires ou de papier journal sont conçus avec des matières recyclables qui ont été à la base jetés dans le bac bleu. Lors de vos achats, n'hésitez pas à regarder les étiquettes des vêtements pouvant vous indiquer le pourcentage de produit recyclé présent. Le recyclage, c'est donner la chance à des déchets de pouvoir être valorisés; les produits récupérés seront transformés en de nouveaux produits plutôt que d'être enfouis.

Valorisation
La valorisation regroupe l'ensemble des techniques qui permettent la régénération des déchets. Il est possible de valoriser les produits, les matières premières contenues dans ces produits ou l'énergie que l'on peut obtenir à partir de ces produits. Par exemple, le compostage nous permet de valoriser nos résidus alimentaires et nos résidus de jardin (et de diminuer la quantité d'ordures enfouies d'environ 40 %).

Élimination
Le saviez-vous? Vos déchets ne disparaissent pas après les avoir déposés dans le bac à ordures. Le temps où l'on incinérait les déchets est révolu. Ils sont maintenant acheminés vers des lieux d'enfouissement technique (LET), au sein desquels ils peuvent se décomposer de façon contrôlée, avec moins de risques de contamination d'eau et du sol. Il s'agit tout de même du dernier recours, puisque cette option coûte cher autant à l'environnement qu'au portefeuille.

Bien que ces lieux aient l'avantage de concentrer nos déchets en un endroit plutôt que de les éparpiller dans la nature, lorsque l'on crée un site d'enfouissement, on décide de sacrifier un endroit qui sera contaminé et de défigurer les paysages. En outre, la durée de vie des LET n'est pas illimitée, et ils peuvent parfois arriver au bout de leur capacité avant l'heure, ce qui nécessite de trouver un site supplémentaire à sacrifier.

 

Retour